Sport’Aide vous présente aujourd’hui Alain Fortier qui nous a récemment partagé son histoire comme victime d’agression sexuelle. Franc et direct, ce père de deux enfants qui œuvre dans les finances depuis une vingtaine d’années, nous a exposé la vision et le parcours d’une victime qui a su au fil des années donné un tout autre sens à ses agressions.

La résilience au service d’une mission

« Ponctué de hauts et de bas, ce processus ne fut pas de tout repos et m’a néanmoins permis d’apprendre beaucoup sur moi-même et d’en ressortir plus fort », amorce celui qui a fondé le VASAM (victimes d’agressions sexuelles au masculin). Loin de se positionner en victime, ce dernier en a donc fait une démarche constructive en se donnant une mission, soit celle d’aider les victimes d’agressions sexuelles, les protéger et de mettre leurs droits à l’avant plan.

Questionné sur sa recette menant vers la résilience, Alain ne prétend pas connaitre de formule magique. Il souhaite tout de même que son expérience, qu’il partage ouvertement et courageusement, aidera d’autres victimes. « J’espère que mon témoignage contribue à faire avancer les débats et qu’il permettra une meilleure reconnaissance des droits et besoins des victimes d’agressions sexuelles », ajoute-t-il. À cet égard, il ne cache pas sa préoccupation pour les victimes masculines pour qui les tabous en lien avec les agressions sexuelles sont encore extrêmement forts et les ressources d’aide manquantes.

Selon Alain, la démarche vers la résilience passe par différentes étapes. « Prendre conscience d’avoir été une victime ainsi que des conséquences associées au traumatisme ; cesser de se culpabiliser ; déconstruire le sentiment de honte ; faire fi du jugement des autres ou des représailles possibles ; et apprendre à parler de son vécu sont les principaux éléments que j’ai dû surmonter durant ma démarche personnelle, judiciaire et sociale », énumère-t-il.

Bien que la démarche judiciaire ait été très longue et fastidieuse et n’ait pas nécessairement toujours donné les résultats attendus, Alain est catégorique : « ce fut nécessaire et, dans mon cas, ce fut salvateur… malgré que j’ai mis 20 ans avant d’entamer cette dernière bataille pour obtenir justice. Bien au-delà de la justice, j’estime que cette démarche doit d’abord être faite pour soi-même puisque le défi exige d’apprendre à faire la paix avec soi », explique-t-il.

S’il est un autre élément sur lequel Alain met l’emphase c’est l’importance d’être bien entouré et soutenu dans ces périodes plus difficiles. « J’ai été privilégié d’être appuyé de ma conjointe, ma famille, mes amis, mais aussi de ressources comme les CALACS, les enquêteurs, les psychologues et les travailleurs sociaux qui sont des ailiers importants et essentiels afin de faciliter le processus de dénonciation et de guérison ».

Cela dit, l’étape initiale demandera toujours d’en parler une première fois, puis une deuxième et, voire même, une troisième fois. « Chaque fois où j’ai pu briser le silence et raconter mon histoire à une personne qui a su me croire, je me sentais immédiatement allégé et soulagé. Il FAUT donc en parler ! », termine Alain en s’adressant à toutes les victimes d’agressions sexuelles.

Bref, peu importe la gravité des actes et de ses conséquences et peu importe si vous voulez dénoncer officiellement votre agresseur ou non, puisque cela demeure un choix personnel appartenant à chaque victime, il ne faut pas s’isoler avec un secret aussi lourd et empoissonnant. Et ce message, il ne s’adresse pas uniquement aux victimes ! Il nous interpelle tous puisque que pour pouvoir parler, les victimes ont besoin d’une oreille bienveillante à laquelle se confier. Cela signifie donc d’être disposé à écouter attentivement, sérieusement, sans jugement et avec la volonté de soutenir la personne qui se confiera.

Si vous êtes interpelés par ce message, n’hésitez pas à contacter VASAM, fondé par M. Fortier. Cette organisation vient en aide aux hommes victimes d’agressions sexuelles. De plus, Sport’Aide est là pour vous écouter et vous aider à amorcer votre propre processus de guérison qui passera par la réappropriation du contrôle sur votre vie… et la résilience.

Merci Alain pour ta contribution à la cause!

M-A D

Note : Pour en connaitre davantage sur l’histoire d’Alain Fortier, son cheminement et ses constats, vous pouvez lire son livre intitulé « Agressé sexuellement : De victime à résilient » paru chez Presses Inter Universitaires en 2013.

« J’espère que mon témoignage contribue à faire avancer les débats et qu’il permettra une meilleure reconnaissance des droits et besoins des victimes d’agressions sexuelles. »

– Alain Fortier