Perpétuée depuis des lustres dans le monde du sport, cette expression connue en a heureusement pris pour son rhume au cours des derniers jours. Les récents événements liés à des entraîneurs professionnels (réf. : Mike Babcock et Bill Peeters entre autres) ont révélé que ce qui se passe sur le terrain ou dans le vestiaire ne doit plus se limiter à la gestion interne d’une équipe et demeurer un secret jalousement gardé. Cette espèce d’omerta entourant les vestiaires sportifs mérite que nous nous y attardions pour questionner cette pratique et notamment nous demander qui peut bien bénéficier de cette règle non écrite?

Les révélations récentes nous permettent ainsi de nous demander pourquoi un vestiaire sportif devrait, hormis le bureau d’un avocat ou d’un médecin, être un endroit où tout ce qui s’y dit et s’y produit devient nécessairement confidentiel? En s’y arrêtant un moment, et en considérant par exemple les détails liés aux histoires dévoilées la semaine dernière, il est plutôt facile d’en conclure qu’il est «normal» de garder le secret tellement ces histoires n’ont rien de particulièrement édifiant. Assez gênantes, elles n’ont effectivement rien pour donner fière allure à quiconque. Au point où ces pratiques méritent clairement d’être dénoncées haut et fort!

Chers entraîneurs soyez rassurés, nous ne sommes pas en train de dire que tout ce qui se déroule et se dit dans un vestiaire doit être connu du public! D’autant plus que nous reconnaissons, par exemple, que les désaccords et les conflits sont inévitables et surviennent dans une équipe, comme dans une entreprise ou dans une famille.  Toutefois, ces situations ne nécessitent normalement qu’une bonne conversation franche entre les personnes concernées pour être résolues. Cela dit, il est incontournable de questionner cette règle non-écrite qui, dans certains cas et pour certains types d’individus, ouvre grand la porte aux dérapages et abus de toutes sortes.

«Pour le bien-être de l’équipe»  Vraiment?

Pour certains qui pensent encore qu’une telle règle sert à protéger l’équipe – souvent considérée comme une famille – et veuille que les problèmes doivent se régler à l’interne (donc en famille)… c’est perpétuer l’idée que l’inacceptable devient acceptable dans certains endroits ou contextes.  Comme si ce qui «n’était arrivé qu’une seule fois au chalet» permettait de passer l’éponge.  Tout ça pour dire qu’un vestiaire sportif n’est pas différent de tout autre endroit. Ce que vous n’endureriez pas de subir ou de voir ailleurs dans votre quotidien est tout aussi inacceptable dans votre équipe avec vos coéquipiers et votre entraîneur. Bref, pourquoi tourne-t-on ainsi la tête en contexte sportif?

Heureusement, les récentes révélations illustrent un phénomène et nous permettent de dire qu’il faut refuser l’inacceptable et dénoncer toute situation d’abus ou de violence… même si elles se produisent dans votre équipe.  Citons pour ce faire Mitch Marner, joueur étoile des Maple Leafs de Toronto, qui lançait la semaine dernière le message suivant : «S’il y a quelque chose du type qui s’est déjà produit, que cela sorte publiquement. S’il y a certains individus souhaitant s’exprimer, il faut les laisser faire».   Auquel cas, ces personnes doivent être soutenues et encouragées à agir.

Rappelons donc que si vous êtes victime ou témoin de comportements inadéquats ou inacceptables dans votre milieu sportif, n’hésitez pas à nous contacter en toute confidentialité pour obtenir de l’écoute et des conseils.  Ensemble, nous réussirons à briser cette mentalité et éliminer cette culture du secret.

M.-A. D.

 

Source:

https://www.tvasports.ca/2019/11/26/mitch-marner-invite-les-autres-a-parler

[..] ce qui se passe sur le terrain ou dans le vestiaire ne doit plus se limiter à la gestion interne d’une équipe et demeurer un secret jalousement gardé. Cette espèce d’omerta entourant les vestiaires sportifs mérite que nous nous y attardions pour questionner cette pratique […]