Notre plus récent blogue avançait l’importance d’une approche globale pour contrer l’intimidation en milieu sportif. Cependant, la globalité ne fait pas foi de tout puisque l’approche doit aussi être positive. Ceci implique donc que nous ne pouvons seulement nous cantonner dans des interventions de nature coercitive comme le font les programmes de type tolérance zéro.

À cet égard, Beaulieu (2011) montre bien comment ces programmes, fondés sur une politique punitive inflexible et usant de sanctions sévères pour tout type de comportement inadéquat même mineur, ont gravement échoué dans leurs visées disciplinaires. D’ailleurs, si vous voulez en savoir plus sur ce thème, consultez l’article de Beaulieu (2011) dans notre section médiagraphie.

Cela dit, nous n’optons pas non plus pour le laisser-aller qui serait encore pire. Comme le mentionne Éric Debarbieux : « Tout, sauf admettre qu’un enfant se fasse massacrer par un autre enfant. » (Debarbieux, 2012). Le problème avec la coercition c’est que les auteurs d’intimidation n’apprennent pas à changer de comportement. Il est donc illusoire de croire que le problème est réglé puisqu’il est seulement reporté. De plus, il importe de rappeler que ces enfants aussi ont besoin d’aide, car plusieurs d’entre eux subiront de graves conséquences tout au long de leur vie en raison de leurs comportements (voir le blogue « Comprendre l’intimidation, partie 2 »).

Éduquer et changer les comportements

Guidés par cette réalité sous-estimée, notre nouveau programme À l’action ! Agissons contre l’intimidation en milieu sportif a prévu l’outil Aider. Basé sur les meilleures méthodes pédagogiques (Beaumont et al., 2017 ; Pepler et al., 2014), cet outil assure une intervention de l’entraîneur en cas d’intimidation et oriente ce dernier afin que son intervention soit éducative et vise un changement de comportement pour l’auteur d’intimidation.

Ainsi, l’outil Aider permet d’intervenir tout en prévenant une récidive de l’intimidation. Cependant, à l’image du vieil adage indiquant qu’il « vaut mieux prévenir que guérir », la recherche confirme qu’il faut aller encore plus loin dans la prévention pour contrer efficacement l’intimidation. À défaut de quoi, on se contente d’agir en mode curatif comme s’il convenait de dire que : « nous n’avons pas besoin d’être physiquement actif puisque les médecins veilleront sur notre santé. »

Bref, en intimidation comme pour toute problématique, il faut agir de manière proactive afin de d’abord prévenir l’apparition des comportements négatifs. C’est la clé d’une politique efficace pour contrer l’intimidation. Ce que corrobore Égide Royer pour qui « Il est plus facile de construire des enfants forts que de réparer des adultes brisés ».

Pour ce faire, les enfants ont besoin d’évoluer dans un environnement marqué par un climat positif axé sur le bien-être (Beaumont, 2014 ; Poulin et al., 2015 ; Steffgen et al., 2013). Ce climat favorisera davantage l’apprentissage des habiletés socio-émotionnelles qui agiront comme première barrière face à l’intimidation (Boissonneaultet al., 2018; Durlak et al., 2011; Espelage et al., 2015).

Pour en savoir davantage sur ces habiletés socio-émotionnelles, assurez-vous de lire notre prochain blogue.

Médiagraphie

Beaulieu, A. (2011). La tolérance zéro, une illusion. Vie pédagogique. (156), 18-20. Repéré àhttp://collections.banq.qc.ca/ark:/52327/bs2018122 .

Beaumont, C. (2014). Revoir notre approche en prévention de la violence et de l’intimidation : des interventions soutenues par la recherche ; Mémoire présenté au secrétariat du forum sur l’intimidation Ministère de la famille.Québec, QC : Chaire de recherche sur la sécurité et la violence en milieu éducatif .

Beaumont, C. et Paquet. (2017). La méthode A.I.D.E.R. Chaire de recherche sur la sécurité et la violence en milieu éducatif.

Boissonneault, J. et Beaumont, C. (2019). Fascicules contre l’intimidation. Repéré àhttps://cqjdc.org/documents.html .

Debarbieux, É. (2012). Améliorer le climat scolaire : pourquoi et comment ? [Vidéo en ligne]. Repéré àhttps://www.youtube.com/watch?v=Oe26RDztvwo .

Durlak, J. A., Weissberg, R. P., Dymnicki, A. B., Taylor, R. D., & Schellinger, K. B. (2011). The impact of enhancing students’ social and emotional learning: A meta‐analysis of school‐based universal interventions. Child development82(1), 405-432

Espelage, D. L., Low, S., Van Ryzin, M. J., & Polanin, J. R. (2015). Clinical trial of second step middle school program: Impact on bullying, cyberbullying, homophobic teasing, and sexual harassment perpetration. School Psychology Review44(4), 464-479.

Pepler, D. et Craig, W. (2014). Prévention de l’intimidation et intervention en milieu scolaire: Fiche d’information et outils. Repéré à:https://www.prevnet.ca/sites/prevnet.ca/files/prevention_de_lintimidation_fiches_outils_2014_fr.pdf .

Poulin, R., Beaumont, C., Blaya, C., & Frenette, E. (2015). Le climat scolaire : un point central pour expliquer la victimisation et la réussite scolaire. Canadian Journal of Education38(1), 1. Repéré àhttps://www.researchgate.net/profile/Catherine_Blaya/publication/280216417_Le_climat_scolaire_un_point_central_pour_expliquer_la_victimisation_et_la_reussite_scolaire/links/570ff91808ae74cb7d9efe91/Le-climat-scolaire-un-point-central-pour-expliquer-la-victimisation-et-la-reussite-scolaire.pdf .

Steffgen, G., Recchia, S., & Viechtbauer, W. (2013). The link between school climate and violence in school: A meta-analytic review. Aggression and violent behavior18(2), 300-309.

[…] en intimidation comme pour toute problématique, il faut agir de manière proactive afin de d’abord prévenir l’apparition des comportements négatifs.