En cette 29e semaine nationale de prévention du suicide, ayant pour thème Parler du suicide sauve des vies, les réseaux sociaux et les médias nous inonderont de statistiques importantes en lien avec cette triste réalité. Selon les plus récentes données de l’Institut national de santé publique (INSP), le taux de suicide est 3 fois plus élevé chez les hommes que chez les femmes et la tranche d’âge la plus touchée, peu importe le sexe, indique les 50 à 64 ans. Fait troublant, pour les années 2013 à 2015, de tous les décès des hommes entre 15 et 34 ans qui ont été répertoriés, le tiers étaient par suicide.

Bien que nous sommes conscients de ces faits, nous pouvons encore entendre dans notre entourage des personnes dire : « Oui, mais que puis-je faire ou dire si quelqu’un me dit qu’il a des idées suicidaires? » Voici donc quelques conseils qui vous aideront à mieux gérer ce type de situation.

Quelqu’un dans votre entourage tient des propos qui vous inquiètent? Vous avez remarqué qu’elle n’est plus comme avant; que sa consommation d’alcool ou de drogue a augmentée; qu’elle semble avoir des symptômes dépressifs; qu’elle a abandonné des activités qu’elle aimait; etc. Peu importe ce que vous observez, n’ayez pas peur de lui poser la question directement. Par exemple : « J’ai l’impression que tu vas moins bien ces temps-ci, je suis inquiet pour toi. Penses-tu au suicide? ». C’est un mythe de croire que d’aborder le sujet du suicide avec une personne suicidaire risque de précipiter la passation à l’acte. Ce que vous venez de faire en posant directement la question est de démontrer à cette personne qu’elle est importante à vos yeux et que vous vous souciez de son bien-être.

Si la personne vous répond oui et qu’elle a présentement des idées suicidaires, ne laissez pas cette personne seule. Si à cet instant, vous ne vous sentez pas capable d’accompagner cette personne, communiquez avec le Centre de prévention du suicide (CPS) de votre région au 1-866-APPELLE. Les intervenants sauront bien évaluer la situation et prendre les bonnes décisions.

Si vous êtes à l’aise d’accompagner cette personne, assurez-vous qu’elle ira chercher de l’aide rapidement. Cela peut vouloir dire de prendre un rendez-vous avec son médecin de famille ou un psychologue. Ou encore de se rendre à l’accueil psychosocial de son CLSC ou à l’urgence de l’hôpital le plus près si la personne ne se sent pas en contrôle. En tout temps, si vous n’êtes pas à l’aise de l’accompagner, contactez le Centre de prévention du suicide (CPS) de votre région au 1-866-APPELLE. Le plus important à ce moment est que la personne ayant des idées suicidaires ne reste pas seule et aille chercher de l’aide professionnelle.

À la base, démontrez votre soutien, et ce, sans jugement. Évitez les réactions exagérées et accueillez la confidence en remerciant la personne de vous faire confiance. Dites-lui qu’elle est importante pour vous. Prenez le temps d’écouter ce que la personne a à vous dire et ne passez pas trop rapidement en mode solution. Bien entendu, si la tentative de suicide est en cours, contactez immédiatement le 911.

Bref, malgré toutes les bonnes intentions, ne s’improvise pas qui veut intervenant en prévention du suicide. Vous ne pouvez pas à vous seul aider une personne suicidaire. C’est pourquoi il ne faut pas hésiter à aller chercher de l’aide. En tout temps, si vous n’êtes pas à l’aise avec des propos tenus par un de vos proches (parents, collègues, amis, voisins, coéquipiers, etc.), appelez le Centre de prévention du suicide (CPS) de votre région au 1-866-APPELLE. Un intervenant qualifié en prévention du suicide saura vous guider et être en mesure d’assurer la sécurité de la personne si la situation le demande.

Parfois, nous tentons de jouer au sauveur ou de banaliser certains faits. Vaut mieux en faire trop et démontrer que nous tenons beaucoup à quelqu’un, que de prendre une chance de perdre un être cher. Et dans un contexte sportif, où l’on a parfois l’impression que la performance prend le dessus à tout prix, on peut parfois oublier que la détresse psychologique peut être bien présente.

N’oubliez pas que parler du suicide peut réellement sauver des vies.

Envie d’en apprendre plus et de savoir comment parler du suicide? Consultez le commentparlerdusuicide.com

Ligne provinciale de prévention du suicide : 1-866-APPELLE

Pour toute question, n’hésitez pas à nous contacter. Nos intervenants sont formés pour vous aider dans ce genre de situation!

A. J-F.

 

Image d’entête provenant de aqps.info
«Quelqu’un dans votre entourage tient des propos qui vous inquiètent? Vous avez remarqué qu’elle n’est plus comme avant; que sa consommation d’alcool ou de drogue a augmentée; qu’elle semble avoir des symptômes dépressifs; qu’elle a abandonné des activités qu’elle aimait; etc. Peu importe ce que vous observez, n’ayez pas peur de lui poser la question directement.»