Causes et solutions

Maintenant que nous savons ce qui distingue la cyberintimidation et ses conséquences, tentons de comprendre pourquoi les gens s’adonnent à cette pratique et comment contrer celle-ci.

Bien que les causes associées à l’intimidation traditionnelle puissent aussi se retrouver dans la cyberintimidation, les recherches présentent tout de même des éléments distinctifs quant aux facteurs pouvant expliquer pourquoi cette problématique ne cesse de croître et pourquoi une personne s’adonne à cette pratique.

Celles-ci évoquent d’abord le sentiment d’impunité lié entre autres à l’anonymat puisque, malheureusement et souvent, les auteurs de ces agressions courent peu de risque de subir des sanctions. Ensuite, il est question de l’instantanéité qui incitent les agresseurs à agir sous le coup de l’émotion faute d’avoir pris le temps de réfléchir. Enfin, l’autre élément important à considérer est la distance entre la victime et son agresseur qui empêche ce dernier de voir les émotions que génèrent ses commentaires sur sa cible et son entourage, limitant du coup sa capacité d’empathie.

Les causes ainsi connues, qu’en est-il des agresseurs, desquels on dit parfois qu’ils ont besoin d’un bouc émissaire pour libérer certaines frustrations. Pour ces derniers, la cyberintimidation devient alors, et à tort, un raccourci leur accordant instantanément un faux sentiment de pouvoir. Lequel sentiment avait d’ailleurs inspiré cet écrit à Nietzche dans le Crépuscule des idoles :

« Il y a en lui un instinct de causalité qui le pousse à raisonner. Il faut bien que ce soit la faute de quelqu’un s’il se trouve mal à l’aise, et cette belle indignation lui fait déjà du bien à elle-même. C’est un vrai plaisir pour un pauvre diable de pouvoir injurier, il y trouve une petite ivresse de puissance. »

En effet, bien que de rares recherches se soient attardées aux motivations et caractéristiques communes de ceux qui commettent la cyberintimidation, des études démontrent que les responsables de ces agressions, ces « pauvres diables » selon Nietzche, sont souvent vulnérables quant aux conditions socio-économiques, d’inclusion et d’identité (Hawdon et al., 2015). Pour résumer, disons que ces personnes vivent souvent des difficultés au plan social, liées par exemple à de faibles aptitudes de communication, de gestion des émotions et de résolution de problèmes, engendrant ainsi l’accumulation de frustrations et constituant les ingrédients derrière ce passage à l’acte.

Que faire alors ?

Certaines études mettent l’accent sur la nécessité d’un mécanisme de régulation pour les différentes plateformes virtuelles ainsi que d’une législation pour donner des outils afin de contrer la cyberhaine. Si certains de ces mécanismes sont déjà présents et efficaces pour les cybermenaces ou la diffusion d’images explicites, convenons qu’il s’avèrerait toutefois complexe de légiférer en assurant l’équilibre nécessaire entre la protection et le respect de la liberté d’expression (Blaya, 2018). C’est pourquoi cette avenue nécessitera une concertation et des efforts multilatéraux importants pour solutionner l’aspect légal de cette problématique (Perry & Olsson, 2009).

Le contre-discours

D’autres recherches parlent du contre-discours (counter-speech) comme possible solution qui, si elle est bien articulée, pourrait limiter les conséquences des messages haineux. Il s’agit tout simplement de répondre aux commentaires négatifs par davantage de commentaires positifs et supportant envers la victime. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si les victimes, comme Maxime qui a reçu de nombreux messages bienveillants, remercient ensuite les gens pour leur support. Cela dit, il importe toutefois de rappeler que le contre-discours ne vise pas à attaquer l’agresseur puisqu’il serait facile de tomber nous-mêmes dans la haine et alimenter celle-ci à notre tour.

La prévention éducative

Si la prévention, rien de nouveau, continue d’être la solution à court, moyen et long terme, les recherches confirment toute l’efficacité à long terme des programmes de prévention éducative. C’est une approche visant principalement les jeunes, souvent via leur cursus scolaire où leur est enseignée la cybercitoyenneté. Par exemple, en les outillant pour lire – de manière critique – les contenus en ligne et reconnaitre ceux troublants, haineux ou erronés. Au final, ils sont appelés à transférer leurs bonnes stratégies comportementales sur le web leur évitant ainsi de renforcer cette cyberhaine. (Blaya, 2018). Disons simplement que cette approche devient de plus en plus un incontournable pour l’ensemble de la communauté.

Bref, comme vous avez pu le voir, la cyberintimidation et la cyberhaine sont des phénomènes malheureusement bien présents aux conséquences importantes. Les solutions existent certes, mais nécessitent une collaboration et un engagement des différents acteurs de notre société, et ce, à tous les niveaux. En attendant, nous vous recommandons pour entamer notre formation collective de lire Jeunes connectés, parents informés de Cathy Tétreault directrice du Centre Cyber-aide, proche collaboratrice de Sport’Aide.

Et encore une fois, si vous ou quelqu’un que vous connaissez est aux prises avec une situation de cyberintimidation, n’hésitez-pas à contacter Sport’Aide, le Centre Cyber-aide ou à consulter l’une ou l’autre des ressources ci-dessous.

Ressources

Sport’Aide

Centre Cyber-aide

Ligne parent

Éducaloi

 

Références

Blaya, C. (2018). Cyberhate: A review and content analysis of intervention strategies. Aggression and Violent Behavior.

Cusson, M. (2006). La délinquance, une vie choisie. J.-M. Tremblay.

Debarbieux, É. (2008). Dix Commandements contre la violence à l’école (Les). Odile Jacob.

Gini, G., Card, N. A., & Pozzoli, T. (2018). A meta‐analysis of the differential relations of traditional and cyber‐victimization with internalizing problems. Aggressive behavior, 44(2), 185-198.

Tétreault, C. (2018). Jeunes connectés, parents informés. Midi Trente Éditions.

Sachez que Sport’Aide lancera très bientôt une approche (outils, activités, etc.) afin de prévenir et contrer l’intimidation – et la cyberintimidation – en milieux sportifs. Surveillez nos actualités et inscrivez-vous à notre infolettre !